Les circulades : Le Sud Ouest tourne en rond !

Avez-vous déjà vu des villages ronds ? C’est possible si vous habitez le Sud-Ouest. Vous avez peut-être même entendu leur nom : circulades. « Mais quel mot étrange ! » me diriez-vous.

Alors, une circulade qu’es aquò* ? Et puis d’où vient ce mot, et d’ailleurs est ce tout à fait juste d’appeler ces villages « circulades » ? Nous répondrons à ces questions dans cet article.

* « qu’est ce que c’est » en occitan

Le Sud Ouest et les villages ronds

Dans le Languedoc, certains villages s’organisèrent sur un plan circulaire. Selon les spécialistes, ce phénomène remonterait au Moyen-âge. Ces bourgades se situent en majorité sur les départements du Gars, de l’Hérault et de l’Aude. Cependant ce type d’organisation se retrouve sporadiquement dans d’autres départements comme l’Ariège, la Haute-Garonne, ou la Drôme située dans le Sud Est.

L’organisation de l’espace est assez semblable pour ces villages. Tout d’abord, au centre, se trouve le plus souvent une église ou un château enserré au milieu du bourg. Puis, s’enroulant autour de ce noyau central, un ou plusieurs « anneaux » successifs de maisons mitoyennes constituent le reste du village.

Carte des circulades et autres villages ronds du Sud de la France (voir la liste plus bas).

Des circulades?

Ces villages ronds ont le plus souvent hérité de l’appellation de « circulade ». D’où vient ce terme ? En fait cette dénomination est très récente et ne date que de 1992. C’est en effet l’architecte Krzysztof Pawlowski, qui les nomma ainsi dans son livre « Circulades languedociennes de l’an mille« .

Mr Pawlowski, en tentant d’expliquer la genèse de ces villages, en attribuait la création à la famille des Guilhem, fondatrice de la ville de Montpellier. Pour lui, la création des « circulades » ne serait rien d’autre qu’un projet urbain sans précédent.

Critique sur la thèse de Pawlowski

Nombreux sont les chercheurs qui s’élèvent contre la thèse de l’architecte Pawlowski. Le rôle de la famille de Guilhem, pour ce qui est de l’organisation de l’habitat ou de la construction de châteaux ne paraît pas être aussi essentiel que Pawlowski veut bien le dire. De plus, le Languedoc était aussi sous la forte influence des familles comtales de Toulouse et de Barcelone.

Pour les détracteurs de Pawlowski, cette thèse laisse entendre l’existence d’une unité forte au sein de ce qui est devenu le Languedoc-Roussillon. Mais selon eux, cette théorie ne repose sur rien de solide. Et dans la même veine, nous retrouvons une controverse similaire pour ce qui est des bastides et des châteaux dits « cathares ». Autrement dit, il serait hasardeux de trouver une union inter-village sans des preuves plus solides. Cet argumentaire serait donc davantage un instrument de communication touristique que le résultat d’une véritable recherche scientifique et historique.

Cependant, il y a eu  d’heureuses retombées sur ces localités car dans l’Aude, l’Hérault ou le Gard, une quarantaine de communes ont misé sur l’originalité de leur village à des fins économiques et touristiques. Un élan nouveau pour un nouvel essor…

Des « circulades » qui ne s’appellent pas « circulades »

En fait, des villages ronds, il en existe un peu partout. En France « les circulades » du Languedoc ne sont pas un cas unique. Par exemple, sans être appelés « circulades », les localités de Fourcès dans le Gers, Labruguière dans le Tarn ou encore Sablet dans le Vaucluse sont d’autres exemples de villes tout en rondeurs. Un peu plus loin, dans le Sud Est vous trouverez aussi la ville de Mougins aux portes de Cannes dans le département des Alpes Maritimes.

Dans les Pyrénées Orientale cette fois-ci, certains villages sont appelé Celleres. Ici, la formation d’un noyau circulaire est en partie liée à un espace sacré de trente pas défini autour de l’église. Cet espace servait notamment d’asile aux habitants du village en cas de conflit.

Ailleurs dans le monde…

Mais la France n’a pas le monopole de la rondeur… D’autre pays comme l’Allemagne ou la République Tchèque possèdent eux aussi leurs villages ronds. C’est le cas notamment de la région nord-est de la Basse-Saxe. Là-bas on parle de « Rondins ou Rundlinge » et les bâtiments du bourg sont tous orientés vers la place centrale arrondie.

Photo aérienne du village Byšičky en République tchèque
Zdeněk Fiedler, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Pourquoi les villages ronds du Sud Ouest ?

Le phénomène des villages ronds dans le Sud Ouest remonterait donc à l’an mil. Même si cet agencement est pour le moins particulier, on ne comprend pas toujours pourquoi leurs habitants ont choisi cette disposition. Toutefois, plusieurs hypothèses tentent de donner un sens à ces organisations atypiques : impératifs de défense, symbolisme chrétien ou technique d’arpentage.

Toutefois, il n’est pas possible d’expliquer la fondation de tous ces villages ronds par une thèse unique. D’un côté, certains ont pu les concevoir ainsi pour des raisons similaires. En revanche, de nombreux facteurs ont pu aussi aboutir à un même résultat. En conclusion donc, il faut plutôt examiner les villages ronds au cas par cas. Les voir comme des exemples spécifiques d’organisation, créés au milieu d’autres agencements à plan quadrangulaire, et non comme l’aboutissement d’une politique urbaniste délibérée. Toujours est-il que le résultat est tout simplement superbe !

L’exemple de Bram

Le village de Bram dans l’Aude s’est construit en plusieurs étapes. En tout premier lieu, au XIème siècle l’église est édifiée et autour d’elle s’édifie un enclos villageois d’un diamètre de 75 mètres sous l’autorité ecclésiastique. Ce premier noyau est protégé par un fossé.

Au XIIème siècle le diamètre du village passe à 150 mètres. Le bourg devient alors un lieu fortifié possédant désormais un château (castrum). Il passe sous l’autorité d’un seigneur.

Enfin, au bas Moyen-âge, Bram s’agrandit encore avec un diamètre de 195 mètres. Une nouvelle enceinte est construite, un fossé alimenté en eaux l’entoure et à l’extérieur de celle-ci le faubourg se développe.

De jolis villages ronds dans le Sud Ouest.

Ariège :

Saint-Félix-de-Tournegat, Saint-Martin-d’Oydes

Aude :

Alaigne, Alairac, Bellegarde-du-Razès, Bram, Brugairolles, Cailhau, Cailhavel, Capendu, Donazac, Fabrezan, Gruissan (seule circulade en bord de mer), Issel, La Digne d’Aval (non classé parmi les circulades), La Force, Lasbordes, Lasserre-de-Prouille, Mazerolles-du-Razès, Montclar, Pauligne, Pouzols-Minervois, Preixan, Villemoustaussou, Villeneuve-lès-Montréal

Circulades
Village d’Alairac
Giacomin, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Circulades
Très belle « circulade » de Bram
APB11, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons
Circulades
Village de La Force
Alain Tournier, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Haute-Garonne :

Martres-Tolosane

Martres-Tolosane
Spitfire06, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Hérault :

Abeilhan, Alignan-du-Vent, Boujan-sur-Libron, Balaruc-le-Vieux, Castries, Caux, Cessenon-sur-Orb, Fabrègues, Fouzilhon, Frontignan

Le Pouget, Margon, Mauguio, Murviel-lès-Béziers, Nézignan-l’Évêque, Paulhan, Poussan, Puéchabon, Puimisson, Puissalicon, Puisserguier, Roujan, Saint-Geniès-de-Fontedit, Saint-Jean-de-Fos, Saint-Pargoire, Saint-Pons-de-Mauchiens, Siran, Villeveyrac

Caux
Eddy Circhirello, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons
Circulades
Cessenon-sur Orb
Guillaume « Frozman » CALAS, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Saint-Pons-Mauchiens
Fagairolles 34, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Gers :

Fourcès (non classé parmi les circulades)

Tarn :

Labruguière (non classé parmi les circulades)

Dans le Sud Est

Alpes Maritime :

Mougins (non classé parmi les circulades)

Mougins
Olivier Cleynen, CC BY 4.0, via Wikimedia Commons

Drôme :

Alixan

Gard :

Aigremont, La Calmette, Montpezat, Durfort-et-Saint-Martin-de-Sossenac, Souvignargues

Vaucluse :

Sablet (non classé parmi les circulades)


Sources :

www.techno-science Circulade – Définition et Explications

Histoire & Sociétés Rurales

La « schématisation » des bastides

L’enclos ecclésial de La Digne d’Aval

Les sagreres catalanes

www.rundlingsverein.de Les rondins

Site officiel de la ville de Bram

Les villages ronds du Razès

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *