Des pierres mystérieuses dans le Tarn

Des pierres bien mystérieuses…

Des pierres qui tremblent, un oiseau pétrifié de plusieurs centaines de tonnes, des roches énormes empilées les unes sur les autres… Le Sud Ouest est parfois bien surprenant, et certains circuits de randonnées méritent vraiment le détour. Je vous amène aujourd’hui à la découverte d’une contrée à la fois sauvage et spectaculaire par ce que la nature nous propose. Je vais vous parler du massif du Sidobre dans le département du Tarn.

La Cascade de la truite au Sidobre
« Le saut de la truite »                                                                           Villard Marc, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Le massif du Sidobre dans le tarn
Le massif de Sidobre dans le département du Tarn

 » Car on en voit (des pierres) qui sont dressées comme des pyramides, d’autres sont plates, et grandes comme un grand toit, qui leur sont posées dessus et appuyées naturellement d’un coin de pierre, de sorte qu’elles prêtent leur couvert aux passants contre la pluie. Il y en a d’autres qui semblent des maisons massives, et entre autres une qu’on appelle, à cause de cela, le Rocher de Peire Afegnal (ce que nous traduisons ainsi : le Rocher de pierre grange, c’est-à-dire formant une grange) ; d’autres représentent des animaux, comme celui qui ressemble à un coq qui mange, nommé le roc de peire Poul (pierre Coq) (Ce rocher à été détruit depuis). D’autres forment deux et trois parois à une maison, et d’autres servent de table.  »

D’après une description de Pierre Borel médecin à Castres, XVIIème siècle.

Présentation du Sidobre dans le Tarn

Le Sidobre est un massif de granit qui se trouve dans le Sud Est du département du Tarn. Il se trouve à huit kilomètres environ de la ville de Castres. Il est également proche des monts de Lacaune qui sont à cheval sur les départements du Tarn, de l’Aveyron et de l’Hérault. L’altitude moyenne du Sidobre avoisine les 650 mètres, ce qui permet d’avoir une très jolie vue d’ensemble sur les monts de Lacaune d’une part, mais aussi sur la plaine castraise.

Castres dans le Sud Ouest de la France
La ville de Castres

De nombreux circuits de randonnées sont proposés aux marcheurs, ainsi qu’aux amoureux du vélo ou du cheval. Pour profiter pleinement de la balade, il est conseillé  de se munir de bonnes chaussures de randonnée, particulièrement en cas de pluie. Le terrain peut en effet être glissant et raide à certains endroits.

Le massif est en partie couvert de forêts aujourd’hui, contrairement au passé. Nous devons l’ombre apaisante des arbres à la bonne idée d’un propriétaire qui décida un jour de boiser son terrain. Devant les bons résultats obtenus, d’autres suivirent son exemple. Autrefois, au Sidobre, il n’y avait que des landes et des cailloux.

Parlons-en justement, des cailloux. Ce qui fait le caractère unique du massif du Sidobre, ce sont toutes ces roches énormes, empilées parfois les unes sur les autres. Fait étonnant, certains de ces rocs se mettent parfois à osciller si on exerce une pression sur eux ; c’est ce qu’on appelle les « roches tremblantes ». En se promenant dans ce milieu minéral, on a parfois du mal à savoir où se situe la frontière entre fantastique et réalité. Il est vrai que de ces pierres se dégage une ambiance mystérieuse et secrète. Mais dans ce silence, on se questionne simplement sur la beauté des lieux et les forces incroyables qu’il a fallu pour mettre en mouvement ces blocs gigantesques.

Le travail des carriers

Alors qu’aujourd’hui les touristes se fascinent pour cet endroit tout à fait insolite, ce n’était pas le cas il y a de ça quelques décennies. Dans ce territoire, le travail des paysans était très pénible pour peu de résultats. Le travail de carrier était donc tout indiqué pour les gens du pays. L’intérêt de la pierre était à cette époque purement économique. Une multitude incalculable de rochers du Sidobre ont donc été transformés en bornes kilométriques depuis longtemps. Et c’est pour cela que certaines des pierres décrites dans des ouvrages anciens n’existent plus aujourd’hui.

En revanche, de nos jours, les choses ont quelque peu changé, et je dirais heureusement, pour la beauté des yeux et de l’imagination. Le sol du Sidobre regorge de granit pour des siècles. C’est le site d’exploitation le plus important de France. Cette filière emploie à ce jour dans la région jusqu’à 1200 personnes, et nombre de réalisations granitiques dans le monde ont été faites à partir de cette roche locale.

carrière granit

Machine taille pierre

Petit tour dans le Sidobre

Alors, que peut-on y voir exactement, qui mérite le détour ? Détaillons les trois types de formations géologiques que vous pourrez découvrir dans le massif du Sidobre. Premièrement, nous y trouvons des rochers empilés ou solitaires aux formes et/ou aux dimensions extraordinaires. Deuxièmement, nous pouvons contempler des chaos de rochers. Enfin, nous parlerons des fameux rochers tremblants. 

Les formation fixe du Sidobre

Parlons tout d’abord de ces véritables œuvres d’art.

Le roc de l’oie

Le roc de l’oie impressionne par sa taille et par sa forme qui rappelle celle d’une oie gigantesque. Et en voyant sa position, on se demande bien comment ce bloc énorme peut tenir en équilibre. Il est en fait maintenu par un petit caillou à sa base.

Le roc de l'oie dans le Sidobre
Le roc de l’oie                                                       Tarnais81600, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Les trois fromages

les trois fromages dans le massif du Sidobre
Les trois fromages
Villard Marc, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Amis gastronomes, abstenez-vous, car ces fromages-là risquent de vous rester sur l’estomac ! Les trois fromages, appelés aussi les trois pains, sont en fait issus d’un seul et même rocher. On peut avoir l’impression en les regardant que des géants dans les temps antiques, ont élevé ici un cairn* pour ne pas se perdre.

*Cairn : Entassement de petites pierres pour marquer l’emplacement d’un chemin sur les sentiers de randonnées.

La Peyro Clabado

Son nom veut dire « La pierre fermée par une clef ». C’est une des attractions incontournables du Sidobre, et même l’emblème du village de Lacrouzette. On la retrouve d’ailleurs sur les armoiries de celui-ci. Comment une pierre, estimée à un poids de 780 tonnes peut-elle donc tenir en total équilibre sur un caillou d’à peine 1 mètre carré ?

La Peyro Clabado au Sidobre
La Peyro Clabado, le symbole du Sidobre qui a failli disparaitre                Asabengurtza, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Un rocher aussi énigmatique, n’a pas toujours inspiré le respect qu’on lui porte aujourd’hui. Si vous observez bien, vous remarquerez sur sa face Sud, une profonde entaille de 4 mètres de long environ. Une nuit, des hommes furent pris en train de forer un trou de mine à cet endroit de la pierre. Ils furent arrêtés et interrogés. Ils expliquèrent avoir fait cela pour se venger de la municipalité du village de Lacrouzette pour une divergence d’opinion. Suite à cet incident, la commune eut la bonne idée d’édicter un arrêté le 23 septembre 1872 qui disait :

« Rappelons qu’il est expressément défendu de détruire le rocher appelé Peyro Clabado. Il est également défendu de couper une seule pierre autour de Peyro Clabado dans un rayon de soixante mètres »

C’est grâce à cet arrêté que nous pouvons encore contempler de nos jours ce géant de pierre. Quel perte inestimable pour le Sidobre et pour le Tarn si ce monument avait été détruit comme bien d’autres avant lui. Malheureusement, d’autres roches aussi remarquables ont disparu par vandalisme, ignorance ou appât du gain.

La Peyro Clabado dans le massif du Sidobre dans le Tarn
La Peyro Clabado. On peut voir sur cette photo la rainure qui a permis son classement.
Villard Marc, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Les chaos de rochers

Dans la série des choses étranges et qui ont longtemps fait parler d’elles au Sidobre, voici les chaos de rochers, appelés aussi compayrés. Ce sont des pierres rondes et lisses, qui s’entassent dans le fond d’un ravin. Souvent, ces roches recouvrent même un ruisseau, que l’on entend couler sous le chaos de pierres. Au Sidobre on peut en compter au moins 25 de longueurs différentes. Les compayrés peuvent parfois former des ensembles de 1 ou 2 kilomètres. Le plus connu est sans doute la rivière de rochers qui recouvre une partie du ruisseau du Lézert. Cet immense désordre de pierres forme même une grotte (la grotte Saint-Dominique) dotée de trois salles assez grandes.

Les formes « mobiles »

Que dire enfin des superpositions de roches que l’on appelle rochers tremblants ? Leur particularité est que l’une des roches de l’ensemble se met en mouvement quand on appuie sur des endroits particuliers de la pierre. Parfois l’oscillation est très marquée. Il y a partout, disséminées en France, des roches tremblantes. Mais ce qui est singulier au Sidobre, ce sont leur nombre dans un massif qui ne fait approximativement qu’une cinquantaine de kilomètres carrés. Raymond Nauzière qui a écrit un livre très fourni sur le Sidobre, en recense au moins 30 en 1905.

Le plus impressionnant de tous est le rocher tremblant des Sept Faux, dans le hameau du même nom, sur la commune de Burlats. Pour le faire bouger, il est nécessaire d’utiliser un levier, car le mastodonte pèse environ 900 tonnes. Malheureusement selon certaines sources, à force de le faire osciller de la sorte, ce rocher perdrait petit à petit de sa capacité à « trembler ». Il est peut-être même à craindre qu’à terme, qu’il ne puisse plus se mouvoir du tout.

Le rocher tremblant des sept faux
Le rocher tremblant des Sept Faux. Un géant de 900 tonnes                                   François Collard, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Le Sidobre n’en finira pas de nous étonner

Le Sidobre garde et gardera vraiment une part de mystère. Ce qui est certain toutefois, c’est la fascination et le respect que l’on éprouve en visitant ce lieu. Et puis, ce massif n’aura jamais fini de nous surprendre, tant les curiosités qu’il renferme sont nombreuses. Si vous passez dans le Tarn, ne manquez pas de faire un détour par le Sidobre. Vous découvrirez ainsi d’innombrables roches qui sauront vous surprendre.

Carte Sidobre
Une carte du Sidobre tiré du livre « Le Sidobre, près Castres (Tarn) / Raymond Nauzières », source : Gallica

Pour d’autres renseignements utiles, voici le lien vers le site de la commune de Lacrouzette : www.lacrouzette.fr ou Office de tourisme Vals et Plateaux

Le lien vers des randonnées dans le massif  :

Balades et randonnées dans le Sidobre

Circuit en VTT à Lacrouzette ou celui-ci

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.