La Gaule avant les Gaulois : les Ligures

Que s’est-il passé en Gaule avant l’arrivée des Gaulois ? Quels sont les peuples qui se sont établis dans nos contrées avant que les Celtes (autre désignation des Gaulois) ne s’y installent ? Les Grecs et les Latins nous ont révélé un nom : les Ligures. Mais qui sont-ils, d’où venaient-ils et que savons nous d’eux ?

Petit voyage à la fin du Néolithique…

Village Ligures
Village Néolithique de Cambous à Viols-en-Laval dans l’Hérault. Maison reconstituée
Liberliger, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons


Petit avertissement pour les photos :

Toutes les photographies présentées dans cet article, ne concernent pas explicitement des réalisations Ligures. Les illustrations concernant directement  les Ligures sont assez rares, du fait qu’il s’agit d’un peuple mal connu. Les photos sont surtout là pour illustrer un propos. Merci de votre compréhension.


Table des matières

    1. Nos ancêtres les Gaulois ?
    2. Les Ligures
    3. Leurs origines
    4. La mauvaise réputation des Ligures
    5. La guerre
    6. Face aux Ibères et aux Celtes
    7. De formidables agriculteurs
    8. Des constructeurs de cités lacustres

 

Nos ancêtres les Gaulois ?

On affirme couramment que les ancêtres des Français sont les Gaulois. Vous l’avez très certainement entendu dire à l’école ou à la télévision. Et cette opinion est également relayée par d’autres sources plus ou moins sérieuses. Mais est-ce tout à fait exact ? En fait, c’est en partie vrai mais pas partout.

En effet, les Français, ce sont aussi les indigènes d’Amazonie de Guyane, les populations des Antilles, de Saint-Pierre-et-Miquelon, de l’ile de la Réunion, etc… Évidemment, les Gaulois ne sont pas allés jusque là ! On admet donc facilement que ces différents endroits, qui font aujourd’hui partie du territoire national, aient une histoire différente de celle du continent. La civilisation celtique n’est pas non plus descendue jusqu’en Corse. Par contre, selon certains, les Ligures y auraient été.

La paternité d’une nation est un sujet très délicat à aborder car elle n’est jamais linéaire.

Mais que s’est-il donc passé en Gaule, entre les artistes de l’âge du renne et les conquérants Celtes ?

Les Ligures

C’est à la fin de la période dite du Néolithique que l’on commence à parler d’un peuple, les Ligures. Les Grecs ont été les premiers à nous parler d’eux. Comme les Ligures ne nous ont pas laissé d’écrits, nous ignorons beaucoup de choses à leur sujet. Par exemple, chercheurs et historiens sont partagés quant aux liens qui les unissaient au monde celtique. De plus, comme tous les peuples dont on ignore presque tout, les Ligures sont sujets à beaucoup de suppositions. Et pour ne rien arranger, les sources écrites venant d’autres nations sont souvent biaisées par une mauvaise vision des choses (ou de mauvaises interprétations).

Aperçu des Ligures

Les Ligures étaient constitués d’une multitude de tribus différentes. On les retrouve en Gaule, en Italie, en Espagne, dans les plaines et les montagnes de Germanie, ainsi que dans différentes iles de Méditerranée et de l’Océan. L’unité de ce peuple aux yeux des voyageurs et des étrangers tenait peut-être principalement à leur langue. En effet, celle-ci devait être relativement commune à l’ensemble des tribus que les observateurs de l’époque rassemblaient sous le vocable de « Ligures ».

D’où venaient-ils ?

L’unité de langue ne veut pas forcément dire unité de race. On peut évoquer l’hypothèse que la langue Ligure ait pu être imposée aux autochtones. Il est vrai que les Ligures habitaient l’Europe occidentale avant l’invasion des Celtes, des Ibères ou des Étrusques. Mais faute de texte, nous ignorons de combien de migrations, de guerres, de mélanges et d’expansions ils sont le fruit. Combien de peuples émigrants se sont mélangés avec les tribus de l’âge du renne ? Sont-ils la continuité des populations néolithiques ? Mais d’où exactement ces dernières tiraient-elles leurs racines ?… Nous l’ignorons.

Nous savons par les textes que les Ligures étaient d’excellents marins. Ont-ils appris ce métier sur notre sol pour aller voir au-delà des mers, où ont-ils importé ce savoir avec eux en arrivant par les côtes ? Toutes ces questions et bien d’autres sont sujettes à discussions.

Plusieurs origines sont évoquées. Certains voient chez les Ligures une filiation aux races d’origine indo-européenne, au même titre que les Celtes. D’autres penchent plutôt pour une origine Asianique c’est-à-dire relative aux peuples non indo-européens venant de l’Asie mineure antique (territoire compris dans l’actuelle Turquie).

La mauvaise réputation des Ligures

Les Grecs et les Latins voyaient dans les Ligures le plus illettré des peuples. Ils n’étaient pour eux que les simples manœuvres d’une vie seulement matérielle. D’après Caton, les Ligures avaient l’esprit fertile en inventions et en tromperies, surtout quand il s’agissait de voler ou de se tirer d’un mauvais pas. On disait couramment « duper comme un Ligure ». On les décrivait volontiers comme d’abominables pillards, bandits et tueurs d’étrangers. La piraterie maritime des Ligures était même redoutée des rives de la Méditerranée occidentale jusqu’au détroit de Gibraltar.

Cependant, cette mauvaise réputation n’empêcha pas les Ligures Ségobriges d’accueillir avec une exemplaire hospitalité les Grecs Phocéens à Marseille en l’an 600 avant notre ère. Et la route de la Durance et du Montgenèvre était devenue l’une des plus sûres de l’Occident. Elle traversait pourtant le territoire Ligure.

Les Phocéens et les Ligures à Marseille
Ernest Barrias, la fondation de la ville de Marseille, 1865, plâtre, Paris, école nationale supérieure des Beaux-Arts
VladoubidoOo, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons

Les Ligures et la guerre

Même si les Ligures pouvaient se montrer capables de rapines, leur civilisation par contre, ne se caractérisait pas par les expéditions militaires. En revanche, la chasse et la dureté de leur vie faisaient d’eux lors des batailles, d’incroyables et d’incomparables fantassins. Ils furent également de très bon tirailleurs et on les disait un peuple dur aux travaux.

La guerre demeura avant tout pour eux une chasse, un moyen comme un autre de voler des marchandises et des bestiaux mais pas de sauver une ville. Ce peuple n’était pas accoutumé aux campagnes militaires et leur armement n’était pas de taille à résister aux foudres des envahisseurs. Même si les Ligures connaissaient le fer, ils ne s’en sont servi que pour des objets d’ornements, mais jamais pour en faire des armes.

Les Ligures face aux Celtes et aux Ibères

Petit à petit, les Ligures se sont fait chasser ou incorporer par les Celtes au Nord. Au Sud de la Gaule, ce sont les Ibères, venus du delta de l’Èbre en Espagne, qui leur laisseront la zone à l’Est du Rhône. Les Ligures disparaîtront ensuite entièrement (en tant que nation), assimilés par les nouveaux arrivants.

On parlera parfois de tribus celto-ligures. Il est impossible de savoir avec certitude si l’origine de certaines tribus de Gaule était Ligure ou non. La tribu pouvait être d’origine Ligure avec à sa tête une gouvernance Celte par exemple. Certains sont d’avis que les tribus dont le nom se terminait par « iate » ou « ate » seraient d’origine Ligure, mais ce n’est qu’une hypothèse.

De formidables agriculteurs

Les Ligures étaient surtout de laborieux agriculteurs et des éleveurs de bestiaux. Ils ont aussi travaillé inlassablement leurs lopins de terre pour l’aménager à leur guise. Les Ligures cultivaient du lin, de l’orge et du blé qui servaient à faire de la farine. Avec celle-ci, ils faisaient du pain. Les Ligures produisaient également du vin de mûre, du vin de framboise fermentée et peut-être de la bière. Ils récoltaient des pommes, des noisettes et des prunelles ainsi que des châtaignes d’eau et des fraises…

Si les grandes guerres ne les intéressaient pas, ils trouvaient par contre la jouissance de la vie dans les joies que leur procurait leurs terres. Les Ligures aspiraient peu à la mobilité, restant plutôt attachés à leur sol natal.

Pour leurs travaux, ils utilisaient des haches en pierre polie (puis par la suite en bronze), capables de trancher comme du métal. Elles étaient patiemment lissées sur des pierres de quartz ou de grès recouvertes de sable mouillé.

 

Tête de hache datant du Néolithique en néphrite découverte à Carcassonne
Muséum de Toulouse, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Tête de hache polie datant du Néolithique découverte dans les Landes
Muséum de Toulouse, CC BY 3.0, via Wikimedia Commons

Des constructeurs de cités lacustres

Les haches servaient à débiter vraisemblablement des troncs pour les charpentes, et pour les machines utilisées pour la mise en place des dolmens. Ce sont eux qui probablement, érigèrent les pilotis des cités lacustres (cités sur ou autour des lacs) de Suisse, d’Allemagne (Lacs de Zurich, de Constance, de Lucerne, de Neuchâtel…) et de Savoie (Lacs d’Annecy et du Bourget).

Village sur pilotis des Ligures
Maisons sur pilotis à Unteruhldingen, Lac de Constance, Allemagne
AngMoKio, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Attachés à leurs terres, les Ligures ont fini par se fondre parmi les autres peuples. Malgré cela, peut-être nous reste-t-il plus d’eux autour de nous que nous ne le pensons.

 Pour en savoir plus sur les Ligures →

Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.